Sélectionner une page

Une peine de 15 à 18 ans de réclusion criminelle a été requise vendredi contre un homme de 30 ans jugé aux assises de Paris pour le meurtre de son père alcoolique et violent et contre sa mère, qui répond de complicité.

 
LA CROIX
Le 9 mai 2014
Photo: AFP/Archives

 

Les faits remontent à Noël 2003. Dans la soirée du 24 décembre, la mère, Marie-France, avait eu une violente dispute avec son compagnon, Aldo. Il était rentré à leur domicile, dans le XVIIIe arrondissement de Paris, ivre, une fois de plus, et trop tard pour offrir les cadeaux de Noël au petit dernier, alors âgé de trois ans.

 

Aldo lui avait demandé des médicaments contre le mal de tête, mais Marie-France lui avait administré des somnifères, pour ne plus l’entendre, dit-elle.

 

Son fils Stefano, âgé de 30 ans, reconnaît avoir tué son père le lendemain en l’étranglant avec des câbles électriques.

 

Les jurés vont devoir trancher: quel est le degré de responsabilité de la mère dans le passage à l’acte de son fils? Quelle est la portée de la phrase “c’est lui ou c’est moi”, qu’elle lui a lancée le jour des faits ?

 

Pour l’avocate générale Annie Grenier, ils doivent tous deux être condamnés à la même peine.

 

Lorsqu’elle administre ces somnifères à Aldo, alors âgé de 59 ans, Marie-France “pense qu’il va mourir”, a estimé la magistrate, même si la dose n’était pas mortelle.

 

LIRE LA SUITE…